Destruction déchets industriels spéciaux ou toxiques par pyrolyse

ENVIRONNEMENT

 

Rémy Gourhan - Pyrolyse basse pression à haute température

 

L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une dimension de plus en plus mondiale.

Bienvenue sur le site de la pyrolyse sous vide

Préambule

Ce site a pour objet de présenter une solution innovante pour le traitement et la valorisation des déchets industriels et notamment la destruction des déchets toxiques.

Cette technologie a reçu au gré des brevets et des publications diverses appellations.
Vous retrouverez indifféremment sur ce site les noms qui lui est donnée :

  • Pyrolyse sous vide.
  • Pyrolyse sous pression réduite.
  • Pyrolyse sous basse pression.
  • Four à pyrolyse.
  • Pyrolyseur.
  • Pyrolyse thermique.
  • Broyeur thermique.
  • Dépolymérisation thermique.

La pyrolyse sous vide est la décomposition thermique de matières organiques en l'absence d'oxygène. Cette méthode permet de décomposer chimiquement par la chaleur, la couche organique du déchet, permettant ainsi de séparer les molécules initiales toxiques en sous-composants primaires gazeux que cette couche organique libère.

Le durcissement des normes de pollution relatives à la destruction des déchets industriels tant banals que spéciaux, génère le besoin de mise au point au stade industriel, de technologies alternatives à l’incinération ou à l’enfouissement. Dans ce contexte, le procédé de pyrolyse sous pression réduite est une voie prometteuse.
De plus, les nouvelles directives européennes sur les rejets gazeux ou liquides risquent de poser des problèmes quant à la destruction de nombreux produits toxiques ou dangereux.

Historique

On situe en Russie à la fin du 19ème siècle, les premiers développements de la pyrolyse sous pression réduite dans les laboratoires situés à Saint-Pétersbourg. Une collaboration intense unira l’Allemagne et la Russie jusqu’en 1940. Ces travaux amèneront à la production de carburants issus de la lignite ou de charbon, technique qui sera appliquée entre autre à la production de carburant pour les missiles V1/V2.

A la fin de la seconde guerre mondiale, les forces armées américaines repartent aux U.S.A avec cette technique qui est mise en sommeil jusqu’à la fin des années 80, cette dernière étant concurrente des combustibles liquides naturels (pétrole).

Entre 1978 et 1988, les recherches sur la pyrolyse sous pression réduite sont réactivées au Canada (Laboratoire de l’Université de Montréal). Ces travaux ont pour objet la mise au point d’un carburant liquide dans le cadre d’une coopération militaire entre les Etats-Unis et le Canada pour des missiles. Ces recherches sont par la suite abandonnées, le carburant solide ayant été préféré. Mais tous les enseignements, techniques et stands d’essais sont repris par le professeur Roy (Université Laval de Québec) qui lance un vaste programme de recherches sur la pyrolyse sous pression réduite. Les développements canadiens ont coûté plusieurs millions de dollars d’investissements.

Parallèlement, en Espagne, un chercheur développe un brevet original de pyrolyse sous pression réduite pour les résidus urbains. Un prototype d’usine destinée à traiter 10.000 tonnes/an de résidus urbains est construit. Cette usine, située à Andoain en pays basque près d’Irun, comportait 4 lignes de traitement. Bien qu’ayant traité plus de 10.000 tonnes de résidus urbains, cette usine n’a jamais été définitivement mise au point mais a livré de très intéressants résultats scientifiques et techniques pour des applications concernant surtout des déchets toxiques.

Dans le même temps un certain nombre de développements se font jour, en particulier dans le domaine des pneumatiques. D’importantes communications scientifiques sont réalisées aux U.S.A et au Canada, pendant que d’autres développements étaient notés en Australie et surtout au Japon.

Les développements réalisés en France

En 1989, le CEA, informé des développements espagnols de pyrolyse sous pression réduite, infructueux pour les résidus urbains, est néanmoins séduit par la technique mise en œuvre. Un programme de réflexions et de recherches sur cette technique appliquée au traitement des déchets toxiques est lancée.
Trois partenaires participent au projet : le CEA/USSI, la Compagnie Générale de Chauffe et l’inventeur espagnol. Plus de 1,5 millions d'euros sont investis dans ce programme qui vivra des événements douloureux : mort accidentelle de deux ingénieurs de l’équipe projet, décès de l’inventeur espagnol.

Deux ans plus tard, en 1990, USSI est repris par SGN, et décide d’arrêter ce programme. Le responsable du développement quitte USSI. Un membre de l’équipe, Rémy Gourhan, associé avec le CNRS, relance une coopération avec la société SOTECO, plus que jamais convaincu de la performance de la pyrolyse sous pression réduite pour la destruction des déchets toxiques et dépose un brevet européen.

Rémy Gourhan - Pyrolyse sous pression réduite à haute température

Ultérieurement deux sociétés (belge et française) seront associées aux développement en cours.

Tous ces développements ont été réalisés dans les locaux du CNRS de l’Ecole Nationale Supérieure de Géologie de Nancy (Institut National Polytechnique de Lorraine) connue pour ses compétences en broyage et flottation, techniques indispensables à un process complet de destruction de déchets solides.

Un pilote industriel fut construit à Nancy (calculé pour être transportable dans un container de 40 pieds), de capacité 6 m³ par batch et 200 litres/heure en liquides.

Développement durable

 

Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs (rapport Brundtland, 1987).

  • Le développement est un processus conduisant à l'amélioration du bien-être des humains. L'activité économique et le bien-être matériel demeurent essentiels mais la santé, l'éducation, la préservation de l'environnement, l'intégrité culturelle par exemple le sont tout autant.
  • L'adjectif durable insiste sur la notion de temps c'est-à-dire pour une amélioration sur le long terme du bien-être de tous.

 

Le développement durable est conçu comme une rupture avec d'autres modes de développement qui ont conduit, et conduisent encore, à des dégâts sociaux et écologiques considérables, tant au niveau mondial que local.

 

Recyclage & Valorisation des déchets

 

Le traitement des déchets a longtemps été une action naturelle des populations. Les résidus d’artisanats étaient récupérés (métaux refondus, vieux chiffons et puis papiers pour la pâte à papier, etc.), le reste n’était qu’organique (c'est-à-dire composé de matière naturelle et rapidement biodégradable) et venait en campagne compléter les engrais ou la nourriture des animaux, tandis qu’en ville les caniveaux ou autre terrain vague récoltait des détritus peu polluants.

 

La révolution industrielle dans les sociétés occidentales a vu les villes et les usines se développer et leurs déchets devenir des gisements de matières premières non valorisés. Le recyclage pour certains produits satisfait mais pour d'autres, spéciaux, dangereux ou toxiques, la pyrolyse sous vide reste une solution qui contribue à la pérennité d'une stratégie d'écologie industrielle.

INNOVATION TECHNIQUE

 

Mon activité de recherche & développement dans les technologies environnementales m'a conduit à concevoir un four de pyrolyse sous basse pression à haute température pour la valorisation ou la destruction de déchets organiques industriels afin de répondre aux problèmes environnementaux d'aujourd'hui et de demain.

 

Ce développement appuyé par des nombreux essais de pyrolyse ont débouché sur le dépôt de brevets permettant de traiter et valoriser de manière innovante certains déchets industriels toxiques ou non et permettant ainsi de répondre aux nouvelles et futures normes en matière d'environnement.

 

Rémy GOURHAN expertise en environnement et développement durable

 

Rémy Gourhan - Pyrolyse basse pression à haute température